Faire des vœux :

une façon de répondre à l’appel de Dieu

Les vœux des religieux/ses sont des promesses à Dieu en réponse à un appel, entendu dans le cœur, à être très proche de Jésus dans certains aspects de sa vie. Il s’agit de vivre d’une façon particulière leur baptême. 

 

Tout être humain est appelé au bonheur, à engendrer la vie, à vivre la solidarité et le partage et à être libre en choisissant le bien.

 

Beaucoup de personnes réalisent cet appel inscrit dans leur cœur en passant par des routes connues et bonnes : le mariage ou le célibat non consacré, la famille, le travail, l’engagement dans la société, la politique.  Dans ces lieux ils exercent leur vie affective et sexuelle selon leur état de vie, ils vivent la recherche du bien-être pour eux-mêmes et leurs proches, ils prennent des décisions personnellement ou en famille en tout ce qui les concerne.

 

 

 

Choisir de vivre la chasteté, la pauvreté, l’obéissance dans la vie religieuse, comme le disent les trois vœux, c’est exprimer qu’il existe un autre chemin qui va au bonheur.

 

 

 

Les trois vœux sont donc un chemin de vie et de bonheur,

 

qui n’exclue pas les difficultés et la souffrance.

 

Ils permettent d’expérimenter, à la suite du Christ, une autre manière d’être humaine :

 

La chasteté dans le célibat est témoignage de fraternité et source de fécondité nouvelle ;

 

la pauvreté est partage de richesses ;

 

l’obéissance est chemin d’humilité pour celle qui exerce l’autorité et celle qui obéit

 

et permet aux sœurs de vivre l’unité dans la mission.

C’est la voie des Béatitudes vécue d’une manière particulière.

 Vivre le célibat et la chasteté dans toute relation, en évitant la violence et l’exploitation de l’autre, et travailler avec chacun, sans rechercher son propre intérêt dans une société où les relations sont sélectionnées, instruments de pouvoir, où le corps est marchandise ; et ainsi, dans la recherche de la chasteté, trouver un chemin de vie.

 

Vivre la pauvreté personnellement et en groupe et en être toutes responsables ; vivre de son travail et le plus simplement possible ; être solidaire, ne pas accumuler et ainsi, dans la recherche de la pauvreté, trouver un chemin de vie.

 

Vivre l’obéissance et l’appartenance au « corps » : soumettre sa vie et ses choix aux autres ; abandonner la recherche solitaire de son propre bien, accepter la parole d’une autre ; et ainsi, dans la recherche de l’obéissance, trouver un chemin de vie.

 

Il s’agit par-là d’expérimenter, à la suite du Christ, une autre manière d’être humaine. L’autorité devient service, l’obéissance liberté, la pauvreté partage, la relation ouverture et fécondité nouvelle.


C’est un chemin de vie et de bonheur, inattendu sans doute,

un chemin déroutant, c’est celui des Béatitudes.